14 Décembre 2016 : annoncera les nominés des SAG Awards

07 Mai 2017 : "Return To Tree Hill" de EyeCon à Wilmington

20 & 21 Mai 2017 : "Don't Mess With Chicago" de  Empire Conventions à Paris

Saturday Night

Source : Saturday Night Magazine

Date : Février 2007

Vous devez sûrement la connaître de la série One Tree Hill, ou peut-être la connaître du thriller dans lequel elle a joué récemment « The Hitcher ». Cependant, une chose que vous ne verrez jamais c’est Sophia Bush en tant qu’alcoolique et être dans les tabloïds. A travers les essais et tourments, les ruptures et les dures épreuves, mademoiselle Bush à finalement trouver la meilleure façon de ne pas devenir la fille bouc-émissaire de Hollywood : rester loin.

 
  • Tu as commencé à travailler quand tu étais encore jeune, pratiquement enfant. D’année en année, comme la technologie qui continue de progresser, il semble que la société Américaine est devenue de plus en plus obsédée avec les stars, spécialement les plus jeunes qui peut-être ou peut-être pas sont tombés dans des problèmes, problèmes qui sont presque immédiatement médiatisés et postés sur un blog. Est-ce que ça a été difficile de grandir quand ta vie privée est pour la plupart du temps posté sur IMDB à n’importe quel moment ?
    J’ai été mordu par ça, et j’ai aussi été très chanceuse parce que, contrairement à la plupart des enfants dans ma tranche d’âge dans ce métier, je ne travail pas à Hollywood. J’ai passé chacun de mes étés en location et j’ai tourné ma série dans une location, donc je suis peu à la maison et les gens ne savent pas mon calendrier et où je vais et ce que je fais. Si je me fais photographier, 90% du temps, c’est à un évènement. Le petit morceau de ma vie privée qui est devenu une partie des informations des médias était bizarre parce que vous ne pouvez pas contrôler combien de temps ils vont parler de quelque chose; vous ne pouvez pas contrôler leur exactitude. S’il y a bien une chose, je suis reconnaissante d’avoir eu tant de temps en dehors de cette machine en location, parce que j’ai définitivement appris cette leçon.

     

  • Ça semble satisfaisant de ne pas faire partie de ce « jeune Hollywood » qui entraîne la foule à faire la fête à moitié ivre et à moitié nue tout le temps.
    J’apprécie d’être considérée comme partie du « jeune Hollywood » quand c’est à propos de mon travail, pas ma capacité à boire des verres de bières. C’est comme ça que je veux être représentée, pas par mes habitudes. J’aime mon travail, j’aime jouer, j’aime faire des films, j’aime devenir quelqu’un d’autre pendant 10h par jour pour la joie de trouver la psychologie de quelqu’un d’autre. Si je prévois de faire ça pour le reste de ma vie, si je prévois de travailler encore jusqu’à mes 60 ans, je ne peux pas me prononcer maintenant. Je préfèrerais faire ça lentement et correctement que d’éclater pour être une fêtarde et ne pas avoir une carrière en deux ans, ça ne vaut rien pour moi.

  • Quand tu regardes toutes les photos des fêtes en ligne et la déchirure pour une fraction de seconde du dérèglement des mœurs dans les tabloïds, on a vraiment l’impression que c’est comme si beaucoup de gens étaient en train de chercher quelque chose et n’ont pas d’indices pour la trouver.
    C’est une chose de voir quelqu’un un peu pompette en train de sortir d’une boîte et d’avoir du bon temps avec toute le monde pour un moment. Mais s’en est une autre de voir quelqu’un complètement ivre tout le temps, toutes les nuits, à tous les endroits chauds d’Hollywood. Je pense que ça devient un désir de faire partie de cette foule ou quelque chose comme ça. Je suis amusée par ça parce que les gens que d’autres pourraient voir ou lire à propos des fêtes toutes les nuits, je les vois presque toujours quand je sors occasionnellement. Tu peux y aller quand tu veux y aller, tu n’as pas à y aller toutes les nuits pour ne pas être laisser derrière la corde de velours. Je pense que vous avez raison, je pense que c’est à propos du fait d’être validé. Je préfèrerais être validé par un directeur me disant qu’on a géré pendant le tournage que le sentiment d’avoir accès partout où je veux aller.
  • Est-ce que ça change l’atmosphère sur le tournage quand tu es en train de travailler avec des tabloïds ? Est-ce que ça te force à les prendre moins au sérieux ? Tu ne sympathise pas du tout avec leur confusion et leur critique ?
    Je m’en fiche que la presse parle d’une personne avec qui je travaille. Je tiens à leur façon de travailler tous les jours. Je m’en fiche de qui a cassé avec qui ou qui a couché avec qui ou qui est allé là. Je m’en fiche de ce que tu fais avec ta vie privée. C’est quand les gens prennent leur vie privée dans un endroit où ça affecte leur performance au travail, c’est là que j’arrêterais de prendre quelqu’un au sérieux.